Pagodes & Temples

Au Vietnam, pagodes et temples sont des lieux sacrés où Bouddha et diverses divinités sont adorés. Ce sont aussi des endroits où les moines enseignent le bouddhisme, ses préceptes et son mode de vie. Ces espaces tranquilles et solennels attirent un grand nombre de touristes. Hanoi possède de nombreux temples, pagodes et maisons communales qui témoignent des beautés architecturales traditionnelles à Hanoi. Les voici quelques uns.

Le temple Ngoc Son

Le temple Ngoc Son temple est dédié au génie de la Littérature (Van Xuong), ainsi qu'au héros national Tran Hung Dao.

Son histoire commença sous la dynastie des Lê (XVe siècle). C’est sur cet îlot, on a bâtit une terrasse servant le lieu de pêche réservé au roi Lê Thanh Tông. À partir du XVIe siècle, les rois et seigneurs commencèrent à décorer cet îlot. En 1739, le seigneur Trinh Giang fit ériger le palais réjouissance favorable pour y goûter la fraîcheur durant l’été. Au XIXe siècle, une pagode fut construite sur les fondations de l’ancien palais (déjà ruiné), laquelle un peu plus tart fut transformée en temple réservé essentiellement au culte de Van Xuong, un personnage mythologique qui s’occupait de la littérature et culte de Tran Hung Dao, le héros vietnamien ayant vaincu les envahisseurs mongols au XIIIe siècle.

En 1865, Nguyen Van Sieu présida à la reconstruction de ce site en le transformant en un ensemble harmonieux tel qu’il se présente actuellement.

C’est un ensemble de vestige historique qui se compose de la tour du pinceau (Thap But), du socle de l’encrier (Dai Nghien), du pont The Huc en bois laqué rouge, du pavillon d’obtention de la lune (Dac Nguyet Lau), de la maison communale Tran Ba (Interception des vagues) et du temple.

À l’entrée, la tour Thap But est en pierre et porte trois idéogrammes chinois signifiant « Écrire sur l'azur du ciel ». Le socle de l’encrier est également en pierre. La tour Thap But et le socle de l’encrier sont des symboles sacrés relatifs à la littérature nationale et aux concours mandarinaux. Les étudiants vont souvent visiter ce site avant des examens pour apporter la chance.

Le pont The Huc comprend 15 travées et 32 piliers, en arc de cercle, qui enjambe le lac pour rejoindre la porte principale du temple Ngoc Son. L'entrée du temple, appelée le pavillon Dac Nguyet Lau a conservé tous ses éléments anciens. À l'intérieur, il y a deux structures reliées l’une à l’autre: le temple, au nord, réservé au culte du général Tran Hung Dao et de Van Xuong et La maison communale Tran Ba, au sud, à l’architecture complexe et poétique. En plus, dans le temple, on peut voire la statue de Quan Vu, un général de la dynastie Thuc Han(Chine) cèlèbre par sa vaillance et sa fidélité et aussi celle de La To, un médecin traditionnel renommé (Quan Vu et La To sont deux génies du taoisme). Il y a également une statue du Bouddha Amitabha au temple Ngoc Son, qui montre la diversité de la vie spirituelle du peuple et de la co-existence de différentes religions. Donc chez ce temple, on a concilié les trois religions (confucianisme, taoisme, bouddhisme) et a prôné l’art des belles lettres et l’art du combat.

Parmi les importants vestiges culturels autour du lac de l’Epée restituée à Ha Noi, le temple Ngoc Son est probablement le plus important et le plus sacré. Ce temple, qui est resté intact en dépit des vicissitudes historiques, est devenu une destination touristique incontournable.

La pagode Tran Quoc

La pagode Tran Quoc est située sur un îlot au bord du lac de l'Ouest, ville de Ha Noi. La pagode Tran Quoc est une des plus anciennes du Vietnam.

La pagode Tran Quoc, érigée en 541 sur un îlot au bord du lac de l'Ouest. Au bout de la rue Thanh Nien, on aperçoit un ensemble de tours émergeant du lac. Dans la pagode, on peut apprécier une statue du Bouddha au Nirvana, l'un des chefs-d'oeuvre de la sculpture vietnamienne. Dans l'enceinte de la pagode, se trouve un luxuriant figuier sacré (arbre Bo De) provenant du pays du bouddhisme, l'Inde.

La pagode au pilier unique

La pagode au pilier unique est située à la rue Chua Mot Cot, dans l'arrondissement de Ba Dinh, ville de Hanoi. Son architecture est très originale, elle fut bâtie en forme d'une fleur de lotus qui émerge de l'eau.

Son nom transcrit de la langue Han (Chinois), Dien Huu, signifie le bonheur durable. Située à l'ouest de l'ancienne citadelle Thang Long, cette pagode fut érigée en 1049. Selon la légende, le roi Ly Thai Tong, déjà âgé et n'ayant pas d'héritier, fréquentait souvent les pagodes. Une fois, il aurait vu en songe la déesse Quan Am (Bouddha de la Miséricorde), assise sur un lotus au milieu d'un lac et lui tendant un nourrisson. Plus tard, la reine mit au monde un garçon. Le roi fit donc construire la pagode du Pilier unique pour remercier la déesse. De petite taille, la pagode est cependant renommée pour son architecture typique, épousant la forme d'une fleur de lotus qui émerge de l'eau.

La pagode actuelle au pilier unique est une reproduction miniature de l'ancienne construction bouddhiste.

Le temple Tay Ho

Situé sur une presqu'île du lac de l'Ouest, le temple de Tay Ho se trouve à l'Est du lac, sur un village de l'ancienne citadelle de Thang Long, relevant maintenant du quartier de Quang An, district de Tây Hô, Ha Noi. Le temple de Tây Hô (temple de la Sainte-Mère) est dédié au culte de Liêu Hanh, une des représentantes du culte de la Sainte-Mère et un des quatre Immortels du Vietnam.

Selon la légende, Liêu Hanh fut la princesse Quynh Hoa, deuxième fille de l'Empereur de Jade, exilée sur le monde terrestre, sur l'ordre de ce dernier, pour avoir cassé une tasse précieuse en jade. Elle décida de s'installer sur la presqu'île de Tây Hô, terre miraculeuse au paysage pittoresque. Elle y ouvrit une boutique de thé dans un cadre naturel et merveilleux.

Selon le mandat céleste, Phùng Khac Khoan, premier lauréat du concours suprême, en passant par là, s'arrêta devant la boutique de la fée. Par un accord parfait des idées et d'état d'âme, ils chantèrent un poème célèbre : « À la boutique de Tây Hô » (Tây Hô ngự quán) transmis jusqu'à nos jours. Personne ne connaît la durée du séjour de la princesse, mais, au retour de Phùng Khac Khoan, elle était déjà partie. Pour se consoler, il fit construire un temple dédié à son amie de cur. C'est là l'origine légendaire du temple de Tây Hô.

À présent, longeant le chemin ombragé situé en périphérie du quartier des villas du lac de l'Ouest, on aperçoit soudain, entre ciel et terre, une presqu'île appelée « terrain des poissons dorés » par les anciens dont la forme en « Tête et corps de dragon sur la carapace d'une tortue » symbolise la parfaite harmonie des principes mâle et femelle (Ying-Yang).

Le chemin serpentant au bord du lac de l'Ouest mène les visiteur aux deux grands jambosiers à thé au sycomore séculaire gardant l'entrée de la grotte Son Trang, lieu idéal pour un bon nombre d'oiseaux qui viennent y nicher. Le temple de Tây Hô se dresse devant un banian pluri-séculaire. Son paysage pittoresque et poétique attire beaucoup de visiteurs, venus par la route ou par barque. Ce site est classé « vestige historique et culturel de niveau national ».

Au 7e, 8e et 9e jour du troisième mois lunaire, ainsi que tous les premiers et 15e jours du mois lunaire, les Ha Noiens et les pèlerins venant d'autres villes et provinces viennent ici pour non seulement prier de la paix, de la prospérité et de la santé, mais aussi pour admirer un paysage magnifique de la capitale.

La pagode Van Nien

La pagode Van Nien est l’un des plus célèbres anciennes pagodes de la capitale d’Ha Noi.

La pagode Van Nien a été construite en 1011, après que le roi Ly Thai To a transféré la capitale de Hoa Lu (province Ninh Binh) à Thang Long (Ha Noi d’aujourd’hui). Pendant un processus de plus de 1.000 ans, à travers des vicissitudes du temps et de l’histoire, le style architectural de la pagode Van Nien est toujours conservé avec la forme de la lettre Dinh (J) et les principaux ouvrages: portique à 3 entrées, hall d’entrée, bâtiment principal...

Dans le bâtiment principal, on dispose de nombreuses statues du Bouddha, dont la statue de Bouddha Sakyamuni en jade rare de Myanmar, haute de 1,3m, pèse 600kg. Sur le toit du temple, il y a 3 sigillaires gaufrées «Van Nien Tu» avec le même sens du temps durable. Situé derrière le bâtiment principal est le sanctuaire dédié à la Déesse Mère Lieu Hanh, l’un des quatres Immortels selon la croyance populaire du Viet Nam.

La pagode Van Nien conserve jusqu’à nos jours de nombreux objets d’une grande valeur historique et artistique, notamment un ensemble de 46 statues, dont 26 statues de Bouddha, 20 statues de déesses mères et patriarches, deux cloches de bronze moulées sous le règne de la dynastie des Nguyen, 11 ordonnances impériaux des dynasties Le et Tay Son, ainsi que de nombreux autres objets de culte. Notamment, il faut noter la cloche en bronze datée de la dynastie Gia Long (1802-1820), qui a été gravée une chronique informant que la pagode Van Nien est un beau et précieux vestige à l’ouest de la cité impériale de Thang Long.

La pagode Ly Quoc Su

La pagode Ly Quoc Su a été construite en 1131 et elle est dédiée à un moine bouddhiste de la dynastie des Ly.

Nguyen Chi Thanh, le nom complet de ce moine, est né en 1066 au village Dien Xa, district Gia Vien, province Ninh Binh sous le règne du roi Ly Thanh Tong (1054-1072).

En 1077, à l'âge de 11 ans, Nguyen Chi Thanh a commencé à pratiquer pour devenir un moine avec le nom de baptême bouddhique de Nguyen Minh Khong. Son professeur était l'un des moines les plus connus-Tu Dao Hanh, qui admirait Nguyen Chi Thanh pour son talent.

Nguyen Minh Khong a assuré la gestion de la pagode Giao Thuy (province Nam Dinh) et il a fait beaucoup de travaux utiles dans sa vie tels que la prédication sutra bouddhiste, l'enseignement de la médecine, la prescription de médicaments, la guérison de la maladie pour les habitants et en particulier, la formation des artisans en bronze coulée... C'est la raison pour laquelle Nguyen Minh Khong a également été nommé l’ancêtre de l'engin bronze de coulée.

En 1131, le roi Ly Than Tong a offert à Nguyen Minh Khong un quartier résidentiel paisible qui était situé juste à côté de la pagode Bao Thien de la capitale Thang Long (actuellement Ha Noi). Nguyen Minh Khong a vécu dans ce quartier chaque qu’il est venu à Thang Long.

En 1136, Nguyen Minh Khong a guéri le roi Ly Than Tong (1128-1138) d'une maladie devant laquelle de nombreux médecins célèbres se révélèrent impuissants. Nguyen Minh Khong reçoit le titre de «Ly Quôc Su » qui signifie l’enseignant de la Cour sous la dynastie des Ly.

Ly Quoc Su est mort à l’âge de 75 ans à la pagode Giao Thuy, province Nam Dinh en 1141.

Après la mort de Ly Quoc Su, le roi Ly Anh Tong (1138-1175) a décidé d’établir un temple Ly Quoc Su sur l’ancien terrain de son quartier résidentiel à Thang Long. Après, en 1932, le bonze supérieur Nguyen Van Dinh a disposé en supplémentaire des bouddhas. C’est pourquoi, le temple est devenu la pagode.

La pagode Ly Quoc Su a été rénové à plusieurs reprises, notamment en 1954 quand il a été détruit au cours de la période coloniale française, mais elle a conservé son ancienne architecture. La pagode Ly Quôc Su conserve aujourd'hui une stèle avec des inscriptions du célèbre docteur Lê Dinh Duyên datées du roi Tu Duc en 1855, qui parlent d’une grande campagne de restauration de la pagode. En outre, celle-ci renferme beaucoup de statues de style de la dynastie des Lê et une cloche nommée "Bao Thap chung tu" (cloche du temple de Bao Thap), qui fut fondue l'Année du cochon 1815, sous le règne de Gia Long.

À partir de 1992, la pagode Ly Quoc Su a été progressivement réparé sous les soutiens des autorités centrales et locales, la contribution des bouddhistes et des habitants. En 2000, les habitants et la pagode ont officiellement inauguré le Dai hung bao dien. En 2010, le pavillon Phuong Dinh a é té construit avec les matériaux en bois.

Aujourd’hui, la pagode Ly Quoc Su est un lieu de culte populaire pour les habitants locaux au premier et quinzième jour de chaque mois lunaire.

Le temple de la Littérature

Consacré au culte de Confucius, le temple de la Littérature fut érigé en 1070. En 1076, on y ajouta le collège national (Quoc Tu Giam). À l’origine réservée à l’éducation des princes, des enfants des madarins, le collège a plus tart ouvert ses portes à tous les élèves brillants. On y enseignait la pensée et le moral confucéen tirés des livres classiques et canoniques.

Le temple de la Littérature - Quoc Tu Giam est divisé en cinq cours séparées par des murs selon l'axe traditionnel nord-sud. Cet ensemble architectural s'étend sur une superficie de plus de 54.000m². Après avoir franchi la porte monumentale à trois ouvertures (tam quan), on traverse deux premières cours. Dans chacune de ces cours, des petites portes latérales encadrent la porte centrale plus importante. On parvient au pavillon de la Pléiade (Khue Van Cac), édifice carré avec emblèmes du soleil sur les quatres côtés (dédié à la constellation Khuê, symbole de la vie littéraire).

Au milieu de la 3e cour, le puits de la Clarté Céleste (Thien Quang). Sur les côtés, 82 stèles sont soutenues par des tortues de pierre. Ce sont les plus précieuses reliques du temple de la Littérature - Quoc Tu Giam. Les 82 stèles entregistrent les noms de 1304 lauréats des concours de doctorat sous les dynasties Hau Lê et Mac (1442 -1779). Les stèles des docteurs aux concours de doctorat sous les dynasties Lê et Mac ont été reconnues par l’UNESCO comme patrimoine documentaire mondial en 2010.

On traverse ensuite la porte pour accéder à la 4e cour et au temple. Le temple à 9 travées repose sur 40 piliers de bois laqué. Au millieu, une tablette votive de Confucius est entourée de grues et de tortue, symbolisant la longévité. Ce temple est flanqué sur les côtés de deux autres pavillons autrefois réservés au culte des disciples de Confucius et de Chu Van An (le célèbre professeur vietnamien de la dynastie des Tran).

Enfin, la dernière cour correspond à la 5e partie du temple de Littérature - Quoc Tu Giam. La maison Thai Hoc a été reconstruite en 1999.

Le temple de la Littérature - Quoc Tu Giam est un monument historique qui symbolise le processus de développement culturelle du Viet Nam et est une preuve sur la importante contribution du Viet Nam à la civilisation confucéenne dans la région et à la culture humaine du monde. Symbole de la tradition culturelle du Viet Nam, le temple de la Littérature - Quoc Tu Giam attire de plus en plus de visiteurs vietnamiens et étrangers.

Conseils

Il est de coutume de porter des vêtements respectueux lorsque l’on rentre dans les lieux saints, et ce que l’on vienne prier ou seulement admirer l’architecture ou les rites. Dans ces lieux, il est recommandé de proscrire les shorts ou les jupes courtes mais aussi les débardeurs qui laissent les épaules découvertes.